Louise Groult, étudiante de la FEMIS, sort en 2018 son premier court-métrage, les petites vacances.

Dans ce film de 25 minutes, la jeune réalisatrice aborde des thèmes qui nous touchent tous en se centrant particulièrement sur la jeunesse et ce qu'elle implique. Louise parle des relations de toute nature ; amicales, amoureuses, sexuelles, familiales, et des expériences qui leur sont liées. Elle s'exprime au travers de Charlotte, 16 ans, personnage principal du film. Cette dernière est partie au bord de la mer avec sa cousine pour quelques jours, et dès leur arrivée elles rencontreront deux garçons avec qui elles passeront leur séjour. Charlotte, désintéressée par ces garçons trop immatures à son goût, va faire la connaissance d'un garçon plus âgé qui semble lui plaire. Les cousines, chacune de leur côté, auront des expériences qu'elles regretteront.
Ce court-métrage pose aussi certaines questions à propos d'actes commis parce qu'on veut être comme tout le monde, se sentir bien. Cela parle également de la découverte de soi, de l'autre, de la sexualité, du consentement, et de la condition féminine. Ces sujets, réels et parfois complexes, sont abordés dans un film haut en couleurs avec des décors de vacances comme la plage, un jardin en pleine soirée d'été… L'esthétique du film est très élaborée, avec un réel travail centré sur l'image, et en particulier sur la lumière. La fin du film, assez métaphorique, permet au spectateur de faire sa propre interprétation de ce film très réaliste.

Louise Z.